Volcans de l'Eifel

Publié le par sylvain-post

Ruées ardentes sur les microminéraux

 

L'engouement pour les collections de microminéraux

apparu en France il y a une trentaine d'années,

fit découvrir à des Lorrains le parc volcanique de l'Eifel,

au confluent de la Moselle et du Rhin.

Echappée belle sur les rives du lac de Laach, une caldeira,

à moins de deux heures de route de Metz.

  hematite_collection-Fred-Kruijen.jpg

Hématite en losange, collection Fred Kruijen ©

 

Le volcanisme, dans cette région située à proximité de Coblence, Mayen et Andernach, a commencé il y a 50 millions d'années, à l'ère tertiaire. Il a créé de nombreux bouleversements du paysage originel par les édifices volcaniques, les coulées de lave et la large couverture de projections au sein desquelles les prospecteurs recherchent des minéraux, tels que l'hématite en forme de losange et l'haüyne, autrefois appelée saphirine en raison de ses éclats bleus, la tridymite, le rutile, le zircon, la rhönite, la magnétite, la pseudobrookite...

 

Taper le caillou. C’était au temps des sorties sur le terrain proposées par la jeune association GEOLOR, créée à Thionville par un groupe d’amateurs des sciences de la terre. Des amateurs scientifiques ouverts à toutes les disciplines de la géologie : paléontologie, minéralogie, pétrographie… De l’infiniment grand – la formation de la Terre, notre mère à tous – à l’infiniment petit : les cristaux microscopiques mis à la portée des prospecteurs par les convulsions du globe.  

En France on a commencé depuis les années 1980, à s’intéresser aux microminéraux. Les collectionneurs de minuscules cristaux – les « micromonteurs », terme dérivé de l’anglo-américain « micromounts » sont généralement habiles de leurs doigts, car il faut conditionner les échantillons de manière à les adapter à la boîte choisie et les y fixer.
Un micromount est un minéral dont on ne peut apercevoir clairement les cristaux à l’œil nu. Il faut  pour cela employer une binoculaire avec, de préférence, un éclairage en lumière froide par fibre optique ou, aujourd’hui, les leds.

Les qualités esthétiques des échantillons sont parfois plus intéressantes que celles des pièces plus importantes. Et, surtout, ils prennent beaucoup moins de place. L'amateur éclairé peut donc envisager des collections systématiques, quasi-exhaustives d’un site prospecté. Sans envahir le salon. Passer à la loupe les microcristaux du parc des volcans éteints de l’Eifel, à moins de deux heures de route de Metz, Thionville ou Forbach, était l’objectif  des membres de GEOLOR.

 

Cap sur l'Eifel volcanique, en Rhénanie-Palatinat, qui s'étend du Rhin à la vallée de Wittlich, sur un territoire d'environ 2 000 kilomètres carrés, naturellement divisé en trois parties :
- l’Eifel volcanique occidental (Manderscheid, Daun, Gerolstein, Obere Kyll, Hillesheim)
- le Haut-Eifel volcanique (Adenau, Kelberg, Ulmen et Nohn),
- l’Eifel volcanique oriental (Brohltal, Vordereifel, Mendig, Pellenz)
Le centre de l'Eifel volcanique correspond à la région de Daun - Manderscheid, dans le district de Mayen-Coblence.
Certains scientifiques attribuent le volcanisme de l'Eifel à la présence d'un point chaud ou panache. Les éruptions les plus récentes remontent, d’après les experts, à une période située entre 10.000 et 20 000 ans.

Le lac de Laach (Laacher See) est un lac de cratère ou plus exactement une caldeira, à proximité des villes de Coblence, Mayen (11 km) et Andernach (14 km), qui s’est formée lors d’une éruption survenue il y a 12 900 ans. Des spécialistes affirment qu’elle a été 250 fois plus importante que celle du Mont Sainte-Hélène, en 1980.
Lors des différentes
phases éruptives du Laacher See le débourrage du conduit est survenu au moment de la rencontre entre le magma et l’aquifère. Un panache ascendant de cendres et de gaz s’est formé et s’est élevé à haute altitude. Cette éruption a été la plus puissante du Quaternaire en Europe centrale et similaire par ses émissions, à celle plus récente du Pinatubo. La dispersion des tephras émis par l'explosion du Laacher See atteignit au nord, la Suède, et au sud, le Piémont italien.

Aujourd'hui, la caldeira est occupée par un lac de cratère de 3,5 kilomètres carrés et d’une profondeur de 55 mètres, toujours considéré comme un volcan actif. On le constate par une activité sismique répétée et de fortes anomalies thermiques sous le lac. Au mois d’avril 2010, un séisme d’une magnitude de 3,2 sur l’échelle de Richter, a touché cette région. Son épicentre a été localisé sur les bords même du Laacher See, à 25 kilomètres à l’Ouest de Coblence. La faiblesse de la magnitude, certes ressentie, n’a pas causé de dommages. Durant la même période, le dégagement de gaz carbonique sur la rive du lac s’est intensifié, montrant que le séisme était bien d’origine volcanique.

 

C’est dans les environs de Maria Laach que GEOLOR établit son "camp de base". Partis en éclaireurs, nantis de toutes les autorisations requises et bénéficiant du bagage universitaire de Jean-Paul LAGARDE,  nous avions, Kléber BOULIEZ, Christiane STREIT et moi-même en tant que président, repéré les lieux, aidés en cela par les habitants. Le bilinguisme a du bon.

Le groupe de Géolorrain(e)s en revint avec quantité de microminéraux dont l’étude eut été impossible sans le livre de Gerhard Hentschel Die Mineralien der Eifelvulkane. Cette "bible" pour géologues de tout poil, est un des nombreux reflets du dynamisme de cette région, lisible à tous les niveaux , les principaux secteurs d'activité étant la production de matériaux de construction. Et, de plus en plus, avec ses carrières et ses musées spécialisés, le tourisme géologique.

 

Sylvain Post  journaliste honoraire & auteur 


 

Hauyne-169903.jpg

Haüyne

 

L-Eifel-volcanique.-Photo-Martin-Schildgen-c-.jpg

  L'Eifel volcanique. Photo Martin Schildgen ©

 


Commenter cet article

sylvain-post 13/01/2012 08:15

Vu/lu sur Planet.fr, le 4 janvier 2012
______________________________________

LA FIN DU MONDE COMMENCERAIT-ELLE MAINTENANT ?

C'est ce que croient certains scientifiques après l'étude de l'activité d'un super volcan situé en Allemagne. S'il se réveillait, le Laacher See pourrait dévaster une bonne partie de
l'Europe...

Les explications de Planet.fr.
Le Laacher See, situé entre Coblence et Bonn, en Allemagne, serait sur le point de se réveiller ! Et comme il s'agit d'un "super volcan", toute l'Europe commence à s'inquiéter. En effet, les super
volcans sont ceux qui produisent le plus de dégâts, avec les éruptions les plus importantes et volumineuses qui existent sur Terre... Comme le Pinatubo, situé aux Philippines, qui avait causé la
plus grosse éruption du XXe siècle, en 1991.
Selon un article du Daily Mail, si le Laacher See venait à entrer en éruption, il pourrait rejeter des milliards de tonnes de cendre et de magma et nécessiterait l'évacuation certaines de milliers
de personnes. A court terme, on assisterait même à un refroidissement climatique dû aux cendres dans l'air qui empêcheraient les rayons du soleil de passer.

Émissions de dioxyde de carbone

Si les scientifiques s'inquiètent de l'activité du Laacher See maintenant, c'est parce qu'il aurait pour habitude d'entrer en éruption tous les 10 000 à 12 000 ans, et que sa dernière éruption
remonte à 12 900 ans. Il avait alors recouvert près de 1 000 km² de cendres.
Par ailleurs, le volcan recracherait du dioxyde de carbone à la surface du lac, ce qui indiquerait que la chambre de magma "dégaze". Et les quelques tremblements de terre recensé dans la région
l'année dernière suffisent à convaincre ces scientifiques.

Pas de preuve scientifique
attestant d'un jugement dernier en 2012

Cependant, d'autres scientifiques réfutent tout à fait cette théorie. Selon Erik Klemeti, volcanologue et assistant professeur de géosciences à l'université Denison aux Etats-Unis, l'intervalle de
12 000 ans maximum entre deux éruptions n'est pas prouvé scientifiquement, et donc la crainte d'une éruption imminente ne serait pas fondée.
Sur le site Wired, qui héberge le blog Eruptions, il explique que les rejets de dioxyde de carbone n'ont rien d'anormal, et que cela se produit en continu depuis des siècles. Il regrette que
certains puissent voir là le moyen d'alimenter la psychose sur une prochaine fin du monde et termine en insistant : "Laissez-moi répéter cela, il n'y a PAS de preuve scientifique attestant d'un
'jugement dernier' pour 2012. Aucune."

sylvain-post 13/01/2012 08:05

Sur TF1 News – le 5 janvier 2012
________________________________

L'EUROPE EST-ELLE VRAIMENT MENACÉE PAR UN VOLCAN ALLEMAND ?

Selon un article du Daily Mail, le Laacher See, un supervolcan situé en Allemagne, pourrait entrer en éruption et causer des dégâts sur une grande partie de l'Europe. Qu'en est-il vraiment ? Les
explications du vulcanologue Jacques-Marie Bardintzeff.

Aujourd'hui caché sous un lac situé entre Bonn et Coblence, en Allemagne, le volcan Laacher See se réveille tous les 10 à 12.000 ans. Et voila plus de 12.900 ans qu'il ne s'est rien passé. A en
croire le Daily Mail, se référant à des "experts" qu'il ne nomme jamais, il faut s'attendre à un réveil imminent. Le Laacher See menacerait ainsi toute l'Europe, selon le quotidien britannique qui
évoque de possibles dégâts sur 1.000 kilomètres carrés.

TF1 News : Cette menace est-elle sérieuse ?

Jacques-Marie Bardintzeff, vulcanologue : Le Laacher See est un volcan comme ceux que nous avons en Auvergne. C'est un jeune volcan qui peut effectivement se réveiller tous les 10 à 12.000 ans.
Mais le cycle d'éruption d'un volcan est totalement illusoire et peut varier de plus ou moins 5.000 ans. Mais à l'heure actuelle, aucun argument ne permet de dire qu'il se réveille.

TF1 News : Mais certains observateurs sur place signalent la présence de bulles à la surface du lac où se trouve le Laacher See.

Jacques-Marie Bardintzeff : Le Laacher See est encore actif du fait de la remontée de dioxyde de carbone sous forme de bulles à la surface du lac. Mais ce n'est pas nouveau. J'ai déjà pu observer
ce phénomène en 1990 et rien ne s'est produit depuis. Avant qu'un volcan entre en éruption, il y a des signes qui nous alertent. Les secousses sismiques se multiplient, on note un réchauffement
climatique notable aux alentours. Aujourd'hui, il n'en est rien. Et puis, ce volcan est très surveillé. Il y a bien eu quelques séismes sur le Laarcher en février dernier mais rien d'alarmant.
Personne n'en a d'ailleurs parlé.

TF1 News : Est-il vraiment possible qu'une éruption de ce volcan provoque des dégâts sur 1.000 kilomètres carrés ?

Jacques-Marie Bardintzeff : 1.000 kilomètres carrés, ce serait vraiment le pire des scénarios catastrophes. Lors de sa dernière éruption, le Laacher See avait dégagé environ 5 km3 de magnats. Avec
des "si" on peut dire ce que l'on veut. Il y a des raccourcis un peu rapides. Le Laacher See ne présente aucune menace d'éruption.

Par Stéphanie Odéon le 05 janvier 2012